Previous Next
Webinar Marine Biodiversity Beyond National Jurisdiction in the Southeast Pacific and Southeast Atlantic   Event hosted by the Abidjan Convention Secretariat, the Secretariat of the Permanent Commission for the South Pacific...
Atelier d’élaboration des plans d’actions des protocoles en vue de la préparation de la réunion des plénipotentiaires Plus d'informationc ici http://abidjanconvention.org/index.php?option=com_content&view=article&id=343&lang=f...

Abidjan, le 12 juillet 2018 - Le gouvernement béninois, à travers son Ministère en charge du cadre de vie et du développement durable a organisé en collaboration avec la Convention d’Abidjan/ONU environnement et US AFRICOM, un atelier d’opérationnalisation du plan d’urgence de lutte contre les déversements d’hydrocarbures.

L’organisation d’un tel atelier qui a débuté ce lundi 9 juillet à l’hôtel Golden Tulipe le Diplomate à Cotonou, au Bénin et qui s’est achevé hier, s’inscrit dans le cadre de la sécurisation et de la gestion durable des plateformes défectueuses. Il avait pour objectif majeur de rendre opérationnel le plan d’urgence du Bénin, afin de répondre efficacement à tout éventuel déversement accidentel de pétrole en mer et de minimiser les impacts sur la sécurité maritime ainsi que sur la santé humaine, de l'environnement et des sites culturels.


Photo: Abidjan Convention

La rencontre s’est tenue en présence du ministre de l’énergie, de l’eau et des mines du Bénin et du représentant du Ministère du Cadre de vie et du développement durable.

Dans son allocution, le Secrétaire Exécutif de la Convention d’Abidjan, M. Abou Bamba a déclaré qu’ « Environ 6 millions de tonnes d'hydrocarbures sont introduites tous les ans dans les océans…nos océans sont donc contaminés de façon quasi permanente par un film d'hydrocarbures ».

Il a par la suite indiqué que le littoral béninois héberge une grande partie de la population et est le siège d’intenses activités économiques, ce qui le fragilise davantage : « Le littoral béninois, bien que de taille modeste, est la zone la plus productive et la plus vivante du pays et produit plus de 70% du PIB du pays ».


Photo : Abidjan Convention

Durant ces trois jours de travaux, les participants ont identifié, à partir du rapport de l’exercice de simulation, , les nouveaux défis qui n’avaient pas été pris en compte dans l’actuel plan d’urgence du Bénin ; les risques liés à la présence des plateformes défectueuses et les solutions de leur résolution. Les participants se sont approprié le contenu du plan et ont apporté les amendements pour son actualisation.

Les résultats de cet atelier aideront à la mise en œuvre de l’article 5 de la Convention d’Abidjan qui stipule que : « Les parties contractantes prennent toutes les mesures appropriées, conformément au droit international, pour prévenir, réduire, combattre et maitriser dans la zone d’application de la Convention la pollution causée par les rejets normaux ou accidentels des navires et assurent l’application effective dans ladite zone, des règles et normes généralement admises au niveau international, en matière de lutte contre ce type de pollution ».

Au sortir de la réunion, il a été vivement recommandé que USAFRICOM et la Convention d’Abidjan appuie le Bénin dans l’actualisation de son plan d’urgence.

Cette rencontre de trois jours s’est achevée par une visite de terrain aux larges des côtes béninoises sur les plateformes pétrolières de Sèmè-Podji.

Vanessa Ahouadjiro/Abdoulaye Diagana